Snapdragon 810 et des problèmes de surchauffe, vérité ou mythe ?

gizlogic_snapdragon810_cabecera-730x411

Plusieurs fois déjà nous avons parlé du  Snapdragon 810 de Qualcomm. Depuis la fin de l’année dernière, ce SoC promettait des performances inégalées pour les smartphones les plus puissants des marques leaders du marché, avec des spécifications sur le papier qui semblaient facilement dépasser la concurrence.

En faisant un rapide examen, le SoC Snapdragon 810 est composé de 4 noyaux ARM Cortex-A57, plus 4 autres noyaux ARM Cortex-A53, accompagnés par une mémoire LPDDR4 1600 et un puissant GPU Adreno 430. Tout cela est surmonté par une gamme intéressante d’améliorations des problèmes de connectivité, de la photographie et de la sécurité, telle que l’enregistrement et la lecture vidéo 4K et la connexion LTE Cat.9 (qui permet d’atteindre une vitesse de 450 Mb/s et de télécharger à une vitesse de 50 Mo/s).

Le Snapdragon 810 est un processeur qui promet un grand rendement sur le papier.
Le Snapdragon 810 est un processeur qui promet un grand rendement sur le papier.
Schéma structurel du Snapdragon 810.
Schéma structurel du Snapdragon 810.

Mais l’année 2015 est arrivée et avec elle les premiers terminaux qui incorporent la nouvelle création Qualcomm puis sont arrivés les problèmes. La première «chute» était le HTC M9, cette marque qui est généralement pointilleuse sur ​​les questions de construction et de qualité de ses terminaux. De nombreux utilisateurs se sont plaints qu’il chauffait de façon excessive et ralentissait après une courte période d’utilisation. Il en a été de même avec le smartphone G Flex 2 de la marque LG.

Bien que Qualcomm ait cherché à « minimiser » la question, la réalité est que le problème existe. À tel point que Xiaomi a dû concevoir elle-même un système spécial de dissipation en utilisant des feuilles de graphite (5 brevets enregistrés) pour incorporer le Snapdragon 810 dans son modèle haut de gamme Xiaomi Mi Note Pro. Ajoutons également que le smartphone intègre une version améliorée du SoC appelée Snapdragon 810 v2.1.

Le Snapdragon 810 v2.1 a fait l’objet d’une collaboration entre Xiaomi et Qualcomm. À cet effet, le fabricant chinois de smartphones a envoyé 20 de ses ingénieurs au siège de Qualcomm pour développer un nouveau Snapdragon 810 qui ne poserait plus de problèmes de consommation et de température. Et il semble que leur objectif ait été atteint puisque le Xiaomi Mi Note Pro a maintenu de bons résultats avec une température de 36.3 °C après avoir exécuté un jeu pendant une vingtaine de minutes.

Grâce à cela, il semblait que le smartphone pouvait fonctionner plus longtemps en pleine puissance tout en évitant le problème tant redouté (diminution de la fréquence de fonctionnement du processeur afin de prévenir les dommages causés par la surchauffe). Le terminal a obtenu 63 424 points en Antutu face aux 57 648 et 56 266 points obtenus respectivement par les mobiles HTC One M9 et LG G Flex 2 (tous deux avec la première version du Snapdragon 810).

Le fabricant Xiaomi a conçu un dissipateur avec des lames de graphite pour contrôler la température du Snapdragon 810 de leur dispositif Mi Note Pro
Le fabricant Xiaomi a conçu un dissipateur avec des lames de graphite pour contrôler la température du Snapdragon 810 de leur dispositif Mi Note Pro

Mais bien qu’il semble que le problème ait été résolu, des informations récentes font état du contraire, au point où un utilisateur a envoyé son Xiaomi Note Pro à l’usine parce qu’il avait cessé de fonctionner.

Il s’agit d’un sérieux problème pour Qualcomm. Car si ces complications ne cessent pas, même avec le dissipateur spécial conçu par Xiaomi, de mauvaises surprises attendent les utilisateurs qui achètent un smartphone construit avec ce SoC. Notons également qu’il est déjà prévu pour intégrer différents dispositifs de grandes marques comme LeTV , Lenovo ou Oppo. On parle de températures allant jusqu’à 46 degrés après une dizaine de minutes de jeu. Et si à cela nous ajoutons le fait que bon nombre de ces marques n’ont pas de siège en Europe, l’achat de ces terminaux peut impliquer des risques, sources de nombreux casse-tête.

Mais est-ce vraiment sérieux ce problème de température dans le Snapdragon 810 ?

Tableau comparatif des Snapdragon 810 et Snapdragon 808.
Tableau comparatif des Snapdragon 810 et Snapdragon 808.

Il paraît vraiment présent ce problème de température dans le Snapdragon 810. Cela est tellement évident que Samsung, un des plus importants partenaires de Qualcomm, a décidé de se passer du Snapdragon 810 pour utiliser son propre Exynos Octa 7420, l’actuel leader du marché.

Le problème va si loin que même le Snapdragon 808 de la même compagnie surpasse le Snapdragon 810, car il peut contrôler ses températures et fonctionne de manière stable à pleine puissance presque tout le temps. En effet, des résultats montrent qu’au cours d’une utilisation intensive et prolongée, le Snapdragon 808 est plus performant que le 810, lequel pouvant être pire qu’un Snapdragon 801. Et ceci, malgré le fait que le Snapdragon 808 dispose de deux noyaux A-57 en moins et d’un GPU moins puissant que celui de son grand frère.

Le fabricant LG semble avoir compris cet aspect puisqu’il a décidé d’incorporer ce Snapdragon 808 dans son prochain modèle, le LG G4.

On peut clairement voir ici comment le Snapdragon 810 a de pires rendements que le Snapdragon 808 après un temps prolongé d'utilisation.
On peut clairement voir ici comment le Snapdragon 810 a de pires rendements que le Snapdragon 808 après un temps prolongé d’utilisation.

Vous vous demandez surement sur quelle base nous nous reposons pour affirmer tout cela. Sur le site web Ars Technica, ils ont eu l’occasion d’analyser et de comparer le LG G Flex 2 (Snapdragon 810) avec le LG G4. E bien évidemment, les résultats sont tout à fait surprenants. Dans un benchmark conventionnel et de courte durée, le Qualcomm Snapdragon 810 est supérieur au Qualcomm Snapdragon 808. Mais quant il s’agit d’un benchmark de longue durée et d’une charge fixe conçu par les ingénieurs de Geekbench, il devient clair que le rendement du Snapdragon 810 diminue de façon spectaculaire, tandis que celui du Snapdragon 808 est maintenu beaucoup plus longtemps même en fonctionnant à la fréquence maximale.

Malgré la plus grande puissance de l'Exynos Octa 7420 inclus dans le Galaxy S6, le Snapdragon 808 est capable de maintenir davantage de temps en fonctionnant à puissance maximale.
Malgré la plus grande puissance de l’Exynos Octa 7420 inclus dans le Galaxy S6, le Snapdragon 808 est capable de maintenir davantage de temps en fonctionnant à puissance maximale.

L’image ci-dessus nous montre comment le Galaxy S6, malgré les difficultés d’étranglement, est en mesure de travailler à nouveau à fréquence maximale de manière rapide et régulière. Tandis que le Snapdragon 810 perd en matière de rendement et commence à travailler en alternance des noyaux A-57 à basse fréquence avec les noyaux A-53 après un certain temps d’utilisation (ligne rouge à des intervalles dans l’image ci-dessous).

On peut voir ici le throttling alarmant dont souffre le Snapdragon 810, ce qui le rendra moins performant que son petit frère la plupart du temps.
On peut voir ici le throttling alarmant dont souffre le Snapdragon 810, ce qui le rendra moins performant que son petit frère la plupart du temps.

Malgré l’utilisation d’une structure identique Big.little (4 noyaux A-57 et 4 noyaux A-53), le Galaxy S6 est capable de maintenir son Exynos Octa 7420 à sa fréquence maximale (à des intervalles et avec les noyaux A-57) pendant une utilisation prolongée. Tandis que le Snapdragon 810 doit recourir à ses noyaux A-53 pour abaisser sa température (image ci-dessous).

Le problème de surchauffe est si grave que même un Snapdragon 801 pourrait être plus performant même en période prolongée que le nouveau Snapdragon 810. Puisqu’il s’agit d’un bien meilleur SoC qui fonctionne correctement même en puissance maximale. Il semblerait donc que Qualcomm ait oublié d’affiner leur produit au moment de la conception du Snapdragon 810.

Dans ce dernier graphique, vous pouvez voir comment le Snapdragon 810 diminue sa fréquence à partir de 3 minutes d’utilisation (en dessous de 1000 MHz, même après plus de 8 minutes). Il commence alors à fonctionner avec les noyaux de faible consommation (ligne bleue intermittente). Par contre, le Snapdragon 805 du Samsung Galaxy Note 4, malgré l’abaissement de sa fréquence, a une limitation beaucoup plus faible.

Qualcomm est-il en crise ? Il semble que non puisque l’avenir nous réserve les Snapdragon 818 et 820

Malgré toutes les données présentées ici, nous ne devons pas penser que ce soit la fin de Qualcomm. Certes, les problèmes liés au Snapdragon 810 sont sérieux et réels ; ce qui peut sensiblement affecter les revenus du fabricant pour cette année.

Mais tout semble indiquer que l’avantage de Samsung avec son Exynos 7420 a beaucoup à voir avec son propre processeur conçu à 14 nm par rapport au processeur de 20 nm utilisé par Qualcomm et qui a recours au TSMC pour fabriquer ses puces.

Néanmoins, on a déjà vent de certaines rumeurs selon lesquelles Qualcomm pourrait faire face à la “concurrence”, à savoir Samsung, avec le développement de ses prochains SoC à haute performance. Ce n’est pas non plus quelque chose d’inhabituel dans l’histoire de Samsung, qui plus d’une fois a été chargé de fabriquer les puissants processeurs intégrés dans les iPhones.

Quoi qu’il en soit, il y a deux nouveaux processeurs à l’horizon pour Qualcomm à savoir les Snapdragon 818 et 820. Nous en parlerons dans un prochain article afin d’analyser comment Qualcomm pense réagir directement face à la concurrence.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire !
Entrez votre nom