Comparatif Snapdragon 430 / 617 Helio P10 : le milieu de gamme 2016

Qualcomm Snapdragon
Notez cet article

Qualcomm continue de travailler pour améliorer ses SoCs dans toutes les gammes. Il semble que son Snapdragon 820 devient de plus en plus correct et on pourrait le retrouver dans le prochain Samsung Galaxy S7. Mais aujourd’hui nous ne parlerons pas de flagships, mais plutôt de SoCs milieu de gamme, un segment de marché où Qualcomm a perdu du terrain à cause de Mediatek. Vers le milieu du mois d’août, nous vous parlions des nouveaux SP 616 et 412, deux révisions des SP 615 et 410, que nous n’avons pas vraiment appréciés. Après cet épisode, deux nouveaux SoC Qualcomm ont été annoncés : les Snapdragon 617 et 430. Voyons ce que nous pouvons attendre d’eux.

Snapdragon 617, un 615 plus compétitif

Spécifications de base du Snapdragon 617.
Spécifications de base du Snapdragon 617.

En examinant les Snapdragon 615 et 616, on a vu qu’ils étaient composés de deux octa-core A-53 dans deux clusters qui fonctionnaient à 1,7 GHz + 1,0 GHz dans le cas du 615 et 1,0 GHz + 1,2 GHz dans le cas du 616.

Les améliorations apportées au SP 617 ne sont pas si nombreuses, mais il semblerait que la puce soit beaucoup plus équilibrée. Pour commencer, tout comme c’est le cas avec le MediaTek MT6752, tous les noyaux fonctionnent à une fréquence maxi homogène de 1,5 GHz. Si le Snapdragon 616 arrive à atteindre un score de 30.000 à 31.000 points dans Antutu, ce nouveau Snapdragon 617 devrait atteindre au moins 35.000 points. Une amélioration qui est en train d’être substantielle face aux 26.000 ou 27.000 qu’obtient le SP 615. Mais qui, encore ainsi, est loin derrière les 40.000 points atteint par le Mediatek MT6752 (tout ceci sous résolution Full-HD).

Le Snapdragon 617 continue d’utiliser un GPU Adreno 405, continue de prendre en charge les caméras de 21 mégapixels et est fabriqué en 28 nm. Mais ne croyez pas que la vitesse de fonctionnement est la seule différence qui existe entre cette puce et ses prédécesseurs. Contrairement au SP 616, ici nous pouvons voir :

  • leschangements qui affectent le DSP : Hexagon 546 DSP face à Hexagon V50 DSP dans les SP 615 et 616)
  • la prise en charge des réseaux 4G où nous passons d’un modem 4G catégorie 4 avec des débits allants à 150 Mb/s à un nouveau modem Snapdragon X8 LTE catégorie 7 qui va jusqu’à300 Mb/s en téléchargement et 100 Mb/s en amont)
  • le Wi-Fi où on passe de Qualcomm VIT 1a à Qualcomm VIT 2, bien que nous sachions pas en quoi consistent exactement les améliorations apportées.

On observe également des améliorations dans les paragraphes de :

  • la connectivité Bluetooth (où l’on passe de la version 4.0 à la version 1+ BLE)
  • lamémoire (avec la prise en charge de mémoire jusqu’à 933 mégahertz face aux 800 mégahertz des Snapdragon 615 et 616)
  • du stockage avec prise en charge de mémoires flash eMMC 5.1 et SD 3.0 (HS-I)
  • la recharge,où nous passons de la technologie Qualcomm charge rapide 2.0 à la version 3.0 qui promet une charge 4 fois plus rapide (à vérifier).

Une chose assez étrange est la résolution maximale d’écran que le Snapdragon 617 est capable de supporter. Puisque les spécifications parlent d’une résolution maximale entrée et sortie de 1080 p face à la résolution WQXGA (2 560 × 1 600) que ses prédécesseurs sont capables de supporter. Nous supposons qu’ainsi Qualcomm s’assure que son SoC soit utilisé par des dispositifs milieu de gamme avec une résolution maximale de 1080 p.

Snapdragon 430, le bas de gamme est de plus en plus intéressant

Spécifications de base du Snapdragon 430.
Spécifications de base du Snapdragon 430.

Le Snapdragon 430 n’est pas une révision du Snapdragon 412, mais du SP 415 ; un SoC qui n’a apparemment pas eu beaucoup d’impact. Tout comme le 415, le 430 arrive avec 8 noyaux A-53, mais contre toute attente, il y a une réduction de la fréquence : 1,4 GHz dans le cas du 415 face à 1,2 GHz dans le cas du 430.

Malgré la diminution de la fréquence, ce SoC incorpore un meilleur GPU que son prédécesseur, puisque nous passons d’un Adreno 405 à un Adreno 505 (OpenGL ES 3.1+). Ceci devrait influer positivement sur la performance graphique. Le SoC apporte également des améliorations au niveau du DSP (du Hexagone V50 DSP on est passé au Hexagon 536 DSP) et du modem qui peut maintenant profiter d’un Snapdragon X6 LTE Catégorie 4, avec un débit maximal de 150 Mb/s en téléchargement et de 75 Mb/s en upload.

Aucun changement dans la section USB et Bluetooth, où on observe toujours l’USB 2.0 et le BT4.1 + BLE. La lecture vidéo reste inchangée avec la prise en charge d’une résolution pouvant atteindre 1080 p à 30 fps.

Au niveau de la prise en charge des caméras, le SoC est désormais capable de gérer jusqu’à 21 mégapixels, par rapport aux 13 MP du Snapdragon 415. Une autre amélioration apportée par ce SoC est au niveau de l’écran, puisqu’il pourra désormais être monté sur les smartphones avec une résolution de 1080 p à 60fps face aux 720 p à 60fps du Snapdragon 415.

La prise en charge de la mémoire RAM a également été améliorée ; le 430 peut désormais supporter des mémoires LPDDR3  jusqu’à 800 mégahertz (667 MHz dans le SP 415). En ce qui concerne le stockage, le SP 430 est maintenant compatible avec les eMMC 5.1 SD 3.0 (eMMC 4.5 SD 3.0 dans le SP 415).

Contrairement au Snapdragon 412, ce SP 430 semble être une bonne évolution de son prédécesseur ; ce qui fait de lui un SoC très intéressant pour les terminaux entrée et milieu de gamme et un digne rival du SoC MediaTek MT6753.

Le Snapdragon 617 et le Snapdragon 430 ont déjà été officiellement annoncés sur le site officiel de Qualcomm, mais il va falloir encore patienter avant de les voir installés dans des terminaux.

Helio P10 ou MT6755, les données de leur performance circulent déjà

Gizlogicfr-Mediatek-Helio-P10-Chipset-3

Dans la moitié du mois de juin, nous avons parlé du MediaTek MT6755 (Helio P10) où nous avons pu voir toutes les améliorations techniques comparativement au MT6752, un de nos SoCs préférés et que beaucoup de smartphones chinois ont utilisés. Rappelons ses caractéristiques de base, qui sont une architecture de 8 noyaux A-53 fonctionnant à une fréquence maxi de 2 GHz et un GPU Mali-T860.

Quelques mois après, des informations ont été divulguées sur les résultats de ce SoC sous le célèbre test Geekbench 3. Et nous pouvons voir que le Helio P10 est en mesure d’atteindre un score de 882 points dans la section « single core » et de 3.371 points en « multi core ».

Nous n’avons pas assez d’informations sur le smartphone utilisé pour tester ce SoC. Mais nous savons qu’il s’agit d’un terminal avec seulement 2 Go de RAM qui fonctionne sous Android 5.1 Lollipop. Nous n’avons donc pas les informations concernant la fréquence de fonctionnement ou encore la résolution de l’écran intégré sur le dispositif.

Les premiers résultats de rendement que nous avons du Mediatek Helio P10.
Les premiers résultats de rendement que nous avons du Mediatek Helio P10.

Ces données ne sont pas vraiment prometteuses surtout si on considère que le MT6752 est en mesure d’atteindre des scores de 800 et 3.900 respectivement dans les catégories « single core » et « multicore ». Car même si dans la catégorie « single core » les performances du Helio P10 sont supérieures à celle du MT6752, il semble que ce ne soit pas le cas quand il s’agira d’une application qui utilise tous les noyaux.

La vérité est que ces résultats nous déçoivent et sont difficiles à expliquer compte tenu du fait que la fréquence de fonctionnement est plus élevée et du meilleur GPU dans le Helio P10 face au MT6752. Nous pensons alors qu’il doit certainement y avoir une raison qui justifie ces résultats ; comme le fait que le smartphone utilisé pour le test dispose d’un écran avec résolution 2K qui diminue les performances du SoC ou que la ROM et les pilotes utilisés ne sont pas très épurés.

Nous allons surveiller les nouvelles données qui seront divulguées par rapport à ce SoC prometteur. Une chose est claire, le milieu de gamme promet des smartphones très intéressants pour cette année 2016.

LEAVE A REPLY